Partager sur Facebook
Twitter
Google +
La fachosphère en peau de lapin.
Je me présente, je m’appelle David, j’ai 32 ans et j’ai créé tout récemment avec mon jeune ami Evan un mouvement politique, dont la page Facebook s’intitule « le parti national-racialiste ». La genèse de cette initiative fut le cruel constat de ne pas trouver de représentation dans ce que l’on nomme couramment « la dissidence » (nom qui n’a pour effet que d’indiquer une marginalisation du peuple) de notre idéologie.
Notre évolution dans ce milieu fut une succession de désillusions qui n’a d’égale que l’envie impétueuse de crier dans les ténèbres notre vérité. Nous fûmes un temps Lesquénistes, jusqu’à ce que nous nous apercevions que cet énarque matois et fourbe était profondément islamophile, comme en témoigne nombre de ses articles sur son site, conjoint à des tweets tonitruants, sur la grandeur d’un Islam fantasmé.
Comment peut-on, même si on le pense, quand on est un nationaliste Français, avec une particule de surcroit, s’acoquiner de près ou de loin avec une religion qui a fait près de trois-cents morts sur notre sol en trois ans. Cela me paraît antinomique. Et qu’on ne me sorte pas l’antienne gauchiste « pas d’amalgames ». Le mot Islamisme, pour faire un peu de sémantique, est très récent dans l’histoire. Jusqu’au 18e siècle, on employait tout uniment le mot Islam pour désigner la religion mahométane, dans sa forme modérée comme dans sa forme radicale. Il n’y a qu’un seul Islam, qu’un seul texte.
Ce texte justifie les attentats, il suffit de le lire. Je tiens à rappeler également que l’Islam fut notre ennemi historique (les croisades, la bataille de Poitiers, etc.), n’en déplaise à certains catholiques proches de l’Islam, que je considère comme des traîtres.
Henry De Lesquen, haut fonctionnaire grassement payé par l’Etat pendant des dizaines d’années, au même titre que Renaud Camus d’ailleurs (grand bourgeois s’il en est), se réveille un beau matin, et sonne le tocsin sur la colonisation de la France, son grand remplacement, sa cosmopolitisation, vous choisirez dans cet éventail lexical la formulation qu’il vous plaît le mieux. En tout état de cause, ce n’est pas au crépuscule

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer