Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Bonjour, je ne suis rien. Je fais partie de toutes ces petites gens qui ont arrêté l’école à 16 ans. Pourquoi, non par manque d’intelligence, par manque de sérieux dans mes études, non parce qu’aînée d’une famille de 6 enfants avec une mère handicapée à 100%, il fallait un revenu supplémentaire pour faire vivre la famille. Rien à 20 ans, j’ai dû assumer la pitance de ma mère et de ses 3 dernières filles. Comme je ne suis rien, j’ai commencé à travailler, des emplois qui ne demandaient pas de qualification.
Pour que mes enfants ne soient pas comme moi des « rien », j’ai beaucoup travaillé au point d’en être handicapée.  Sont-ils comme moi des « riens », parce qu’ils travaillent entre 8 et 10 heures par jour ??? Mon aîné passe 1 heure, matin et soir dans le métro pour aller bosser. Ce n’est pas rien quand on a un travail à responsabilité et une famille. Mon second est fonctionnaire, ce rien qui bosse pour 4 personnes, subit chaque jour des brimades de ces chefs. Mais c’est vrai ils ne sont rien, comme moi leur mère. Nous ne faisons pourtant pas partis des illettrés. Mon aîné a une maîtrise de droit franco espagnole, diplômée de sup de co. Il a eu son bac a 17 ans avec mention, DEUG de droit avec mention, major de sa promotion en droit civil. Maîtrise de droit à 21 ans avec mention, diplômé de sup de co avec mention, et malgré tout cela il n’est rien. Mon second à un BTS « professions immobilières », il a obtenu son diplôme au moment de la grande crise immobilière. Il est cadre B dans la fonction publique en charge des marchés pour la DGFIP. Mais lui aussi il n’est rien. Moi qui ne suis rien, j’ai repris mes études à 53 ans pour avoir une équivalence Bac Pro Commerce. Puis j’ai continué à étudier pour avoir un BTS banque, mais je suis toujours une rien. Dans ma vie de rien, j’ai créé et dirigé un ballet de danses folkloriques ukrainien. Moi la rien j’ai

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer