Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Hier soir, Sa Majesté qui n’a rien d’autre à faire a débattu – enfin débattre… -avec une soixantaine d’intellectuels invités au palais après avoir été préalablement triés sur le volet (Finkie et Onfray, par exemple, n’étaient pas invités). Le « débat » a duré 8 heures et 10 minutes pour s’achever à plus de deux heure du matin.
Frédéric Lordon, économiste-philosophe-sociologue d’extrême gauche, n’a pas répondu favorablement à cette invitation et, pour s’en expliquer, a écrit à Macron la lettre suivante. Tout gauchiste qu’il soit, comment ne pas se régaler…
 » Cher Monsieur Macron,
Vous comprendrez que si c’est pour venir faire tapisserie le petit doigt en l’air au milieu des pitres façon BHL, Enthoven, ou des intellectuels de cour comme Patrick Boucheron [2], je préférerais avoir piscine ou même dîner avec François Hollande. Au moins votre invitation ajoute-t-elle un élément supplémentaire pour documenter votre conception du débat. Savez-vous qu’à part les éditorialistes qui vous servent de laquais et répètent en boucle que la-démocratie-c’est-le-débat, votre grand débat à vous, personne n’y croit ? Vous-même n’y croyez pas davantage. Dans une confidence récente à des journalistes, qui aurait gagné à recevoir plus de publicité, vous avez dit ceci : « Je ressoude, et dès que c’est consolidé je réattaque ». C’est très frais. Vous ressoudez et vous réattaquez. C’est parfait, nous savons à quoi nous en tenir, nous aussi viendrons avec le chalumeau.
En réalité, sur la manière dont vous utilisez le langage pour « débattre » comme vous dites, nous sommes assez au clair depuis longtemps. C’est une manière particulière, dont on se souviendra, parce qu’elle aura fait entrer dans la réalité ce qu’un roman d’Orwell bien connu avait anticipé il y a 70 ans très exactement – au moins, après la grande réussite de votre itinérance mémorielle, on ne pourra pas dire que vous n’avez pas le sens des dates anniversaires. C’est une manière particulière d’user du langage en effet parce qu’elle n’est plus de l’ordre du simple mensonge.
Bien sûr, dans vos institutions, on continue de mentir, grossièrement, éhontément. Vos procureurs mentent, votre police ment, vos experts médicaux de service mentent

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer