Partager sur Facebook
Twitter
Google +
La Révolution des Anges
Depuis que le mouvement des Gilets Jaunes s’est déclaré, nous assistons dans les médias à la plus énorme mystification depuis des décennies, qui mêle estimations à la baisse des rassemblements, montages vidéo mettant en avant les groupes de casseurs et fine sélection des témoignages de manifestants les plus caricaturaux. Mais qui sont vraiment les contestataires et que veulent-ils ?
Le péril jaune, hantise des médias officiels
Les Gilets Jaunes sont accusés par le gouvernement et les médias à sa solde de représenter un danger pour la France. Pour commencer, ils seraient une menace économique, des profiteurs réclamant toujours plus, voulant tout gratuit, tels des enfants capricieux et insatiables. Tout au contraire, les Gilets Jaunes sont les forces vives qui produisent les richesses du pays et ils sont donc parfaitement légitimes à exiger que leur poids politique corresponde enfin à leur poids économique. Les Français l’ont d’ailleurs bien compris : en décembre, selon un sondage Elabe pour BFM, 74% d’entre eux soutenaient la contestation. En face, des dirigeants, qui mènent grand train et ont conduit le peuple depuis plus de quarante ans de plans de licenciement en délocalisations, de la crise à l’austérité, des déficits à l’endettement sur plusieurs générations, se permettent de leur donner des leçons de morale sur le bien public.
Alors, dans une tentative désespérée pour garder le pouvoir, le gouvernement s’ingénie à jeter le discrédit sur les Gilets Jaunes : « Ils sont égoïstes et ruinent le pays », disent-ils. On entendait justement il y a peu le maître de Bercy condamner les « conséquences catastrophiques » des manifestations sur l’attractivité du pays, le tourisme et la consommation. En d’autres mots, il reproche aux premières victimes de sa propre gestion des affaires d’être des fainéants et des saboteurs. Il suffit pourtant d’écouter les participants des manifestations pour s’apercevoir que la plupart d’entre eux travaille ou a travaillé, quand il s’agit de retraités. Et bien que beaucoup se plaignent de fins (pour certains même de débuts) de mois difficiles, la revendication principale ne se limite pas au pouvoir d’achat : tous les Gilets Jaunes ne sont pas dans la

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer