Partager sur Facebook
Twitter
Google +
L’abdication, le livre d’Aquilino Morelle, ancien conseiller de François Hollande – limogé pour cause de Berlutti trop bien cirées à l’Elysée – n’a pas reçu l’accueil qu’il méritait de la part de la presse. Il est vrai qu’il est sorti après le renoncement du président et donc après la bataille.
Néanmoins, il n’est pas inintéressant de voir ce que pense une personne qui a approché Hollande au plus près. C’est ce qu’a fait Valeurs actuelles en interviewant Aquilino Morelle. Interview dont j’ai extrait les meilleurs passages avant de vous livrer le texte intégral :
« Le spectacle de la pusillanimité et de la soumission »
Le bilan de François Hollande pour Aquilino Morelle, qui fut son conseiller à l’Élysée :  « un PS fracturé en deux, une gauche brisée en quatre, rejetée par les Français et sur le point de disparaître de l’horizon politique national. »
<script src=’ src=’
Les extraits
»Et en additionnant les résultats de Hamon et de Montebourg, on mesure bien l’ampleur du rejet de ce quinquennat. Un quinquennat qui s’achève de façon crépusculaire ».
« Au lieu du volontarisme politique et du patriotisme économique promis, nous avons eu droit au spectacle de la pusillanimité, du conformisme, de la soumission, du renoncement et, pour finir, de l’abdication ».
A propos du désintérêt manifesté par Hollande concernant la primaire de gauche : « Cette désinvolture est choquante: elle est la marque de la mauvaise humeur d’un mauvais perdant, la mauvaise manière d’un homme sans élégance ».
« Cette confidence sidérante à propos du PS: Il faut un acte de liquidation. Il faut un hara-kiri. «
Mais c’est le PS que Hollande cherche, en vérité, à liquider. Sa responsabilité, à cet égard, est historique.
En mai 2012, quand il est arrivé à l’Élysée, le PS et la gauche détenaient la présidence, le gouvernement, l’Assemblée nationale, le Sénat pour la première fois, les régions, les départements, les grandes villes … Il avait toutes les cartes en main, sauf une, essentielle: la volonté d’exercer le pouvoir.
le bilan de Hollande est sans précédent: le PS fracturé en deux, une gauche brisée en quatre, rejetée par les

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer