Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Ça sent pas bon tout ça…
Vous suivez les actualités en ce moment ? Vous arrivez à vous y retrouver ? Compliqué n’est-ce pas… Moi j’ai du mal. Tenez les réformes macroniennes, êtes-vous capables de citer toutes celles qui sont en cours ? Difficile. La santé, les Ephad, la SNCF, le droit d’asile, les institutions et je suis sûr que j’en oublie. Et les mouvements sociaux ? Les étudiants, les cheminots, les avocats, les infirmières, les éboueurs, les retraités… Y a un tel bordel dans ce pays qu’une vache n’y retrouverait pas ses petits. Bon, faut dire que les médias ne font pas grand chose pour nous éclairer parce qu’à part nous causer des grèves de trains et depuis ce matin, en boucle, de l’évacuation de la ZAD de NDDL, y pas grand chose au menu et il faut fouiller soi-même sur internet pour essayer de s’y retrouver.
Tenez, à Munster, on nous a dit, non, on nous a rabâché que le gars avait des problèmes psychologiques – ce qui ne peut pas être faux quand on décide de foncer en camionnette dans une brasserie –  et des tendances suicidaires. Soit la chose, on vous le dit, donc vous devez le croire. Sauf qu’une fois l’émotion passée et que l’actualité relègue cet « incident » en dernière page, on découvre que celui qu’on nous avait présenté comme un Allemand était en fait un citoyen allemand d’origine kurde et de confession musulmane et que chez lui, les keufs ont retrouvé une Kalach et des explosifs; ce qui accréditerait la thèse nauséabonde selon laquelle nous aurions eu droit à un énième attentat à la voiture bélier et non à l’acte fou d’un fou. N’affolons pas les foules…
La réforme de la SNCF… Quelle réforme ? Tout juste une réformette que cégétistes et autres syndicalistes montent en épingle au nom de la préservation de leurs acquis et d’une pseudo défense du service public, service qu’ils ne cessent de torpiller depuis des années, service qu’ils ne sont même pas foutus d’assumer puisqu’en grève tous les 4 matins. Le statut ? Oui, il

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer