Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Laisse les filles… Souvenirs, souvenirs… 24 000 baisers… Retiens la nuit…
Pour moi la vie va commencer… Donc, Johnny a entendu siffler le train cher à Richard Anthony. Ça faisait déjà un moment qu’il lui faisait signe, ce foutu train. Mais, cette fois-ci, comme tout le monde un jour ou l’autre, il a fini lui aussi par grimper dedans pour aller continuer sa vie autrement (maybe…) Il a trouvé une place pour s’asseoir un peu derrière Jean. Quand je dis Jean, hein, il faut que je précise que je cause d’Ormesson, alors que pour Johnny, ce n’est pas la peine. Ces deux-là ne jouaient pas dans la même division, ni même dans la même discipline ; pourtant, ils étaient tous les deux non seulement sur la même planète, non seulement du même pays, mais – quelque part – tous-deux étaient intimement liés, enracinés, parties intégrantes de cette chose si malaisée à définir – communauté ? quasi fratrie ? – qu’on pourrait appeler la France d’avant…
Chacun dans son genre, certes… Jean d’Ormesson avait pour lui toutes les facilités qui permettent de se distinguer des médiocres et des nains de jardin rongés d’ambition qui sont aujourd’hui la norme sociale : l’allure, l’aisance aristocratique, l’esthétisme et, avant tout, le pouvoir de séduction. Séduction par le physique, l’élégance du geste et, surtout, le choix des mots et la façon de les agencer entre eux. Et tout cela, bien sûr, promu grâce à l’aisance que procure les retombées d’une production littéraire foisonnante dont le succès auprès du plus grand nombre tient surtout à sa gentille superficialité vaguement nostalgique et à sa fréquente vacuité. Restons-en là…
Johnny, c’est autre chose. Enfant de la balle poussé pour la première fois sur scène par sa famille à l’âge de neuf ans pour meubler l’interlude pendant que ses oncle et tante changeaient de costume, Jean-Philippe Smet a toujours su attraper non pas l’air-du-temps, mais l’air du temps qui-allait-venir. Tout y est passé : Rock (qui était encore ‘n’roll), Twist, Country, Blues…
Je me souviens parfaitement de ses débuts (les vrais : premiers 45 tours…) J’avais

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer