Partager sur Facebook
Twitter
Google +

La politique comme l’ont pu connaître nos pères ou nos grands-pères n’est plus. On ne demande plus à une personnalité des compétences affirmées dans un domaine quel qu’il soit. On ne veut plus de ministres brillants et portants la connaissance au sein d’un gouvernement. On ne veut plus de gens qui réfléchissent, ont des idées et la volonté d’améliorer des structures ou des lois désuètes paralysant notre pays. Non ce qu’on veut aujourd’hui dans ce monde globalisé, c’est d’un casting.
Il nous faut des personnalités politiques pouvant s’insérer dans le moule des élites mondialisées. Qu’importent ce qu’elles pensent, ce qu’elles représentent, ces fonctions antérieures, leur vécu, leur expérience, seul compte le physique, la couleur de peau, le sexe, la religion. Du fait de l’américanisation de notre société on se sent obligé de « caster » pour la nomination d’un gouvernement, d’un député, ou d’un président d’une grande entreprise… On ne peut y échapper. C’est la vindicte médiatique qui l’ordonne.
Ainsi, comme Rama Yade ou Rachida Dati en leur temps pas si lointain, ou Madame Belkhacem, Mme Obono doit son élection comme député car femme, jeune, de la diversité et bien entendu un Mélenchon qui l’a adoubé. Sans ces attributs jamais, je dis bien jamais elle n’aurait pu fouler un jour comme député les marches du Palais Bourbon. Elle doit avoir l’honnêteté intellectuelle de le dire. Car quelles sont les compétences avérées de Mme Obono ? Aucune, sauf peut-être une docilité plus que de raison vis-à-vis de Mélenchon. On ne mord pas la main qui vous nourrit. Mme Obono a-t-elle théorisée une quelconque analyse sur un quelconque sujet ? Elle a menti sur ses diplômes et son faux doctorat.
Mme Obono est donc le produit le plus injuste des temps modernes, celui de la réussite par l’appartenance communautaire. Ce que la France a de toute son histoire bannie, elle le met en avant sous la pression de bienpensants la tête tournée vers la civilisation anglo-saxonne.
L’avantage est donc double pour Mélenchon. En plus de donner des gages à une forte partie de son électorat, il s’agit d’un sacré

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer