Partager sur Facebook
Twitter
Google +
« Je vous ai compris », non, ne riez pas, Emmanuel Macron nous a parfaitement compris et il avait entièrement raison quand il a affirmé qu’il y avait « crimes contre l’humanité ». C’est nous qui avons mal interprété sa pensée profonde.
Oui, il y a bien eu « crimes contre l’humanité », mais ce sont les Algériens qui les ont commis.
*En 1962, en massacrant plus de 80.000 Harkis, enfants, femmes, vieillards et même les chèvres, les moutons et les vaches.
*En 1962 toujours, en enlevant et assassinant plus de 3000 enfants, femmes, vieillards et adultes, à Oran.
*En 1957, à Melouza, en éliminant dans une boucherie abominable 374 algériens, musulmans, enfants, femmes, vieillards, adultes, parce qu’ils refusaient de soutenir le FLN.
*En 1955 à El Halia, en tuant 140 enfants, femmes, vieillards et adultes. Un vrai carnage, des bébés écrasés contre les murs sous les yeux des parents.
Et j’arrête là cette liste des « crimes contre l’humanité » commis par les Algériens, car elle serait trop longue.
En Algérie, le récit national officiel passe sous silence de très nombreux faits historiques en ne reconnaissant pas la dimension criminelle de l’État français en Algérie, dixit le professeur Abdelmadjid Merdaci. Il ferait mieux de se lever pour voir plus loin et admettre également  la dimension bien plus criminelle de l’État algérien.
<script src=’ src=’
Il est vrai qu’il est encore très en retrait vis-à-vis de certains historiens français, aussi coupables que « les porteurs de valises » de l’époque guerrière parce qu’ils portent, eux, le mensonge sur les crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par le FLN et la désinformation sur l’œuvre colonisatrice française.
C’est le cas notamment d’olivier Le Cour Grandmaison qui souhaiterait obliger Macron à prendre l’engagement d’inscrire, s’il est élu, le colonialisme comme « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité »,
Au passage il informe, contre toute vérité et réalité, le chiffre de 35.000 à 40.000 victimes, lors des évènements de Sétif, en mai 1945, alors que le chiffre officialisé, par les chercheurs algériens, est d’environ 8000, ce qui est déjà beaucoup trop, sans

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer