Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Depuis juillet, la tranquille sérénité
de la Macronie n’est plus qu’un souvenir !
L’affaire Macron-Benalla a fait se lever un vent de panique dans l’entourage du président de la République qui en profite pour nommer tous ses soutiens aux postes clefs de l’Etat (voir l’article : « Les Dalton sont en Marche ! »
Mais trop, c’est trop ! Car plus les interventions pour défendre Macron se multiplient et plus le doute sur la possibilité d’une affaire d’Etat se renforce.
Ne perdons pas de vue que si l’Elysée n’avait pas voulu cacher les brutalités de Benalla contre deux manifestants, jamais cette affaire n’aurait pris cette incroyable ampleur !
Rappelons quelques déclarations de proches de Macron … ou de Macron lui-même :
Emmanuel Macron a parlé très vite de « tempête dans un verre d’eau ». Force est de constater que le verre d’eau a largement débordé en éclaboussant toute la Macronie. La contre-attaque de Macron devant un groupe composé exclusivement de macronistes béats et sa fameuse harangue : « qu’ils viennent me chercher ! » n’avaient fait qu’exacerber les tensions autour de cette affaire.
Yaël Braun-Pivet, la présidente de la commission d’enquête à l’Assemblée nationale avait carrément saboté de travail de cette commission en refusant d’auditionner certaines personnes. Après la démission du co-rapporteur Guillaume Arrivée, il fut décidé qu’aucun rapport final ne serait publié ! Un véritable déni de démocratie !
Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement n’a pas hésité à mettre en cause la déontologie du président de la commission d’enquête du sénat :
Lorsqu’on est président d’une commission d’enquête, sans doute est-il heureux de s’exprimer assez peu dans la presse tant que la commission n’a pas poursuivi ses travaux jusqu’à leur terme. C’est la plus élémentaire des déontologies que d’être le président impartial d’une commission d’enquête parlementaire.
Je rappelle cette règle de la séparation des pouvoirs, selon laquelle lorsqu’un sujet est soumis à une enquête judiciaire, il ne peut pas être également soumis à des questions dans le cas d’une enquête parlementaire.
La réponse de Philippe BAs, mis en cause, n’a pas tardé :
J’ignorais que Benjamin Griveaux fut professeur de déontologie et par conséquentlaissons-lui la responsabilité de ses propos. Nous, nous essayons de travailler en dehors

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer