Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Le projet de tram des Maréchaux avait prévu d’essaimer tout au long du parcours un certain nombre d’œuvres d’artistes contemporains. Le Parisien moyen étant trop inculte, trop flemmard ou trop radin pour se payer des expositions d’artistes modernes que le microcosme bobo considère comme incontournables, il fallait que les œuvres viennent à lui, qu’il soit OBLIGÉ de les admirer.
Que l’on soit réticent à considérer comme de l’art des objets abominablement moches, détournés de leur fonction d’origine serait un signe d’esprit étriqué, réac, beauf. Il faut s’extasier devant un plug-In géant couleur sapin, des tulipes qui rappellent ces fleurs artificielles que l’on voit sur les tombes. En plus d’être d’un goût douteux, ces œuvres sont excessivement chères, c’est à la dépense qu’on reconnaît la valeur de l’artiste n’est-ce pas ?
Le budget prévu pour cette « décoration » était de 17 millions d’euros environ. Une dizaine a déjà été installée. La dernière œuvre en date, pour 650.000 euros (dont les Parisiens paieront 60% le reste venant de l’état et de la région), vient de grimper en haut d’un poteau porte de Clignancourt : un cœur sanguinolent fait de céramiques. Après les pissotières pot de fleur, Hidalgo passe au cœur, heureusement nous avons évité le foie cirrhosé.
Nous avons compris que notre mairesse aime l’art anatomique. Je lui propose une économie : pour euros, il lui suffit d’organiser la « nuit des pissotières », le genre d’événement qui lui tiennent à coeur et au reste.
650.000€ d’argent public pour le « Coeur de Paris » MERCI ANNE
— Planetes360 (@Planetes360) 20 février 2019

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer