Des délinquants marocains vont être pris en charge socialement aux frais de la mairie dans le quartier de la Goutte d’Or.

C’est une situation qui traîne depuis février 2016 et qui ne trouve pas de réponse des pouvoirs publics. Le quartier de la Goutte d’ Or, à Paris (XVIIIe), est en proie aux délits fréquents d’une soixantaine de jeunes marocains arrivés en groupe par l’Espagne. Jeune et moins jeunes, d’ailleurs, car si les premiers arrivants paraissaient avoir entre neuf et dix ans, la seconde vague, présentée comme des “enfants” de 14 à 17 ans par la mairie de Paris, n’a aucun moyen de prouver son âge.   Toxicomanie, alcoolisme, agressions et vol sont devenus monnaies courantes dans les rues environnant le square Alain-Bashung, devenu leur quartier général. Les clandestins marocains passent leurs journées à sniffer de la colle et à dépouiller les passants, attisant la colère des habitants du quartier et des commerces, rapporte le Parisien. Même les associations favorables aux clandestins admettent des “difficultés à établir le contact”. SUR LE MÊME SUJET   À Grenoble et Lyon, des migrants occupent des universités Paris au chevet de ses délinquants  Loin de décider le renvoi de ces délinquants en situation illégale, la mairie de Paris a annoncé jeudi la mise en place d’un dispositif de prise en charge dont le coût s’élève à près de 700 000 euros. Cette somme servira à financer des maraudes dans le quartier, un dispositif d’accueil le jour et un centre d’hébergement la nuit, ainsi que des soins physiques et psychiatriques. Le renforcement policier et judiciaire attendu fera l’objet d’une simple demande. soirce:valeursactuelles.com

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France