Partager sur Facebook
Twitter
Google +
François dénonce à Paris « le grand luxe pour les nouveaux logements sociaux« . La mairie de Paris a transformé un immeuble bourgeois en bâtiment social abritant 13 appartements. Un immeuble cossu flambant neuf vient d’être inauguré au 76, rue Mademoiselle. À l’intérieur, « tous les ouvrages remarquables, parquets, cimaises, plafonds décoratifs et cheminées ont bénéficié d’une restauration patrimoniale afin de les mettre en valeur« , précise-t-on chez Élogie-Siemp le bailleur à l’origine de l’opération. Car cet immeuble bourgeois abrite désormais… des logements sociaux. 13 appartements au total. 12 trois pièces de 57 m2 et un deux-pièces de 48 m2. À des loyers défiant toute concurrence entre 6,87 et 7,67 € le m2. Au dernier étage, trois logements (dont certains étaient dépourvus de salles d’eau) ont été réaménagés en deux appartements.
« Coût total de l’opération 3 478 729 €. Déjà onze logements sont occupés. « Les premiers locataires viennent de s’installer », se félicite Ian Brossat, l’adjoint (PCF) à la maire de Paris chargé du logement. « Il s’agit souvent de personnes qui étaient dans une grande précarité et qui s’étaient adressées au Samu Social« . Des familles hébergées provisoirement chez leurs proches, d’autres logées dans des hôtels… » (leparisien.fr)
Lu sur le Salon beige : « Après le refus du pape d’annuler le mariage de Jérôme Bonaparte en 1805, les États pontificaux sont annexés à l’Empire en 1809. Pie VII répond par une bulle d’excommunication où il fustige les « voleurs du patrimoine de Pierre, usurpateurs, fauteurs, conseillants, exécutants« …
« Quand le général Etienne Radet exige du pape de renoncer à la souveraineté temporelle des États de l’Église. Le pape lui rétorque ces mots restés célèbres : « Non possiamo. Non dobbiamo. Non vogliamo » : Nous ne le pouvons pas. Nous ne le devons pas. Nous ne le voulons pas !
Les « voleurs du patrimoine de Pierre, usurpateurs, fauteurs, conseillants, exécutants« … à Paris sont le poison de la peste socialiste, dans la continuité de l’histoire sulfureuse du PS à Paris. Avec la succession des décisions foireuses depuis Hidalgo à Paris, l’empoisonnement des voies sur berge est devenu une réalité quotidienne. L’évocation du grand luxe pour les nouveaux logements sociaux achèvera de renouveler la guerre

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer