Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Qui dit aspirateur, sauf pour les Dyson, dit sac. Et qui dit sac à aspirateur dit risque de crevaison en cas de sur-gonflement.
Hidalgo bat tous ses records d’hypocrisie sur la question des clandestins qui s’agglutinent à Paris.
Elle a actionné depuis des années la pompe aspirante en multipliant les déclarations sirupeuses et larmoyantes et en incitant ces migrants, principalement mus par des considérations économiques, à s’installer dans un centre d’hébergement en forme de grosse bulle qu’elle ouvrait.
Mais la coupe est pleine et la bulle, en piteux état, a éclaté. Les communes de banlieue à qui elle les refilait discrètement une fois les caméras parties n’en peuvent plus. Hidalgo fait donc semblant de n’être en rien responsable, n’a plus de solution à proposer, fait son show devant les caméras et stigmatise l’Etat ainsi que les affreux « populistes ».
La multiplication des campements sauvages va reprendre de plus belle et Hidalgo veut s’en dédouaner pour éviter les critiques.
C’est vraiment moche tout ça …
Hidalgo, a appelé jeudi dernier l’État à « mettre à l’abri », selon son vocabulaire pseudo compassionnel, plus de 2.000 migrants installés sur des campements «indignes» de la capitale, promettant de se rendre chaque vendredi porte de la Villette pour garder «visible» une situation «inacceptable».
«On voit aujourd’hui réapparaître des campements dans Paris, avec 1.500 personnes porte de la Villette, 800 sur le canal Saint Martin…» dans le nord-est de Paris, a-t-elle fait semblant de déplorer dans un entretien à l’AFP, quelques jours après la fermeture du «centre de premier accueil» qui servait de «sas» aux migrants depuis novembre 2016.
N’écoutant que son sens de la mise en scène et de l’hypocrisie, elle a «décidé de (se) rendre tous les vendredis à la Villette pour que le sujet reste visible».
Et elle a, au passage, remis une couche de défaitisme migratoire en déclarant : « On peut toujours porter un message de fermeté, dire « on va renvoyer tous les dublinés ». Mais ce message n’est pas réaliste. Ça ne se passe pas du tout comme ça».
Bref, il faut continuer de subir et chouiner pour que l’Etat dépense ensuite des dizaines de millions en

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer