Devant un parterre de chefs d’État et de gouvernement, le président français a opposé les concepts de patriotisme et de nationalisme. Thierry Meyssan rappelle que cette rhétorique traduisait jadis la volonté de priver de leur souveraineté les peuples conquis, de dénier leur droit à disposer d’eux-mêmes. Elle s’applique désormais à tous.

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire