Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Nettoyer les écuries d’Augias …
… C’est ce qu’avait promis Emmanuel Macron en parlant d’enterrer la vieille politique et ses pratiques douteuses !
Il n’est pas certain que les Français qui ont certes manifesté un goût certain pour le « dégagisme» généralisé, aient vraiment gagné au change quand on voit les pratiques de gouvernance d’Emmanuel Macron qui reproduisent avec application l’interventionnisme maladif et permanent de l’Elysée.
On a pu noter la main de l’Elysée dans les nominations à la tête de la République en marche, avec le cas Ferrand. Dans son dernier numéro,  Valeurs actuelles s’est fait l’écho du contrôle de l’Elysée sur la nomination du président de la chaîne du service public : La Chaine parlementaire (LCP-AN). Voici cet article :
LCP-AN : la main de l’Élysée
La main de l’Élysée se cacherait-elle derrière la nomination à la tête de La Chaîne parlementaire-Assemblée nationale du réalisateur Bertrand Delais, auteur de l’élogieux documentaire sur Macron, En marche vers l’Élysée ?
C’est en tout cas ce que laissent entendre certains députés, membres du Bureau de l’Assemblée chargé de cette nomination. En coulisses, des parlementaires LaREM, véritables relais élyséens, auraient effectué un lobbying aussi discret qu’efficace auprès des votants pour imposer Delais.
Après avoir tenté de résister aux injonction de l’Élysée, François de Rugy, soutien officieux du principal concurrent, Thierry Guerrier, s’est finalement plié à la volonté jupitérienne … en s’abstenant lors du vote. Mais l’opposition, elle, ne décolère pas. « Bien sûr qu’il y a la main de l’Élysée dans cette nomination, assure la députée (LR) Virginie Duby-Muller, membre du  comité de sélection des candidats. On nous a présenté une procédure de nomination transparente, mais c’est une mascarade, il n’y a pas d’autre mot. »
En interne, la rédaction de LCP-AN regarde également cette désignation d’un oeil méfiant: « Si l’indépendance de la rédaction devait être menacée, nous ferions en sorte de la réaffirmer. »
Pour Bertrand Delais, le plus dur reste à venir.
Valeurs actuelles.
 

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer