Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Quand on écoute les informations que cela soit sur BFM, CNews, TF1, voire même sur la télé d’Etat, on a l’impression que globalement tout baigne pour Macron. Pas un jour sans un petit reportage plutôt favorable au bonhomme tant à l’international qu’au national. Il parle bien en Français comme en Anglais, ses réformes passent bien dans l’opinion, les syndicats n’arrivent pas à perturber la grande marche du petit bonhomme: Bref, tout va bien. A tel point qu’il nous balance tous les 4 matins un nouveau projet de réforme: La SNCF, le baccalauréat, le système de santé. Ça bouge à l’Elysée, les troupes se remuent et comme il se plaît à le dire: tout ce qui a été promis sera fait. Y compris la hausse de la CSG… Ce bâton foireux qu’il va traîner encore des mois voire des années, comme celui de la hausse du pouvoir d’achat dont seul lui et ses larbins semblent être convaincus.
L’homme semble sûr de lui, un brin suffisant, voire arrogant et  nous demande de patienter, il renverra dans ses 22 toute personne qui ne sera pas convaincu par sa démarche.
Et les médias, la palme revenant sans conteste à BFM, de s’esbaudir devant ce président qui sait tenir son cap et que rien, pas même une éventuelle contestation sociale, ne saura faire plier. Ça c’est le discours officiel, celui de dedans la télé.
Alors qu’en fait la vérité est ailleurs, elle est dans la rue, hors du périphérique, là où il y a la France qui bosse, qui trime, qui rame et qui a du mal à boucler ses fins de mois. Bref, cette France qui n’a pas voté pour Macron ou qui l’a fait, par dépit, pour ne pas voter pour Le Pen.
On l’a vu lors de la présidentielle, la base électorale de Macron est faible et fragile et aujourd’hui encore, on le constate à chaque sondage, ce sont les classes supérieures et les catégories favorisées qui lui accordent soutien et confiance, bref, la France d’en haut ! Dès son élection, sa cote de popularité descend  pendant 5 mois consécutifs jusqu’à s’écraser

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer