Partager sur Facebook
Twitter
Google +

André Lorulot, leader de la « Libre Pensée » en 1940:
Principal animateur de la Libre-Pensée entre les deux guerres.
Publie « La Bible comique illustrée », puis « La vie comique de Jésus », ouvrages à la fois anticléricaux et antisémites. Publie aussi ces années-là des pamphlets antiféministes (Catéchisme du parfait mouton ; Notre ennemie : la femme)
1939 : Publie « Les hommes me dégoûtent », ouvrage où il exprime son mépris pour l’humanité.
1940 : André Lorulot entame des contacts et persiste dans des pourparlers avec la Kommandantur de Versailles, puis de Paris, pour faire reparaître le journal de la Libre Pensée, L’idée Libre.
Il poursuit son activité de libraire pendant toute la guerre, quémande désespérément auprès des Allemands le papier nécessaire à son activité d’auteur et d’imprimeur, et se plaint de leur incompréhension à son égard.
Le même en 1945:
Féroce partisan de l’Épuration, y compris chez les résistants (vu son passé collabo, il avait le profil de l’épurateur…).
Principal animateur de la Libre-Pensée sous la IVème République. Les libres penseurs l’ont reconduit dans ses fonctions. Chez eux, on ne se pose pas de questions !
Lorulot a dominé la Libre Pensée pendant plusieurs décennies, jusqu’à sa mort en 1963.
Ni le site internet de la Libre Pensée ni ses sites provinciaux, pourtant sourcilleux sur le comportement de Roparz Hemon, ne soufflent mot de l’antisémitisme de leur leader historique, ni de ses rapports avec les nazis…
(Pour en savoir plus : La libre pensée en France 1848-1940, Jacqueline Lalouette, Ed Albin Michel 2001, pages 85, 207)
Un grand merci à Erig Le Brun de la Bouëxière pour ces précisions.
 

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer