Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Le processus de la déliquescence française suit son cours. Les Français ont perdu confiance au point qu’ils s’affolent et ne trouvent plus que des simulacres de chefs ! Après Hollande, Macron !
Monsieur Macron ! Redresser l’économie française pour le peuple, pour la France et pour l’Europe face aux défis du 21è siècle.
Pour l’instant, on a assisté à de jolies séances de bricolage budgétaire et fiscal sur le budget 2018 avec d’habiles mais besogneuses manipulations de nos argentiers de Bercy pour respecter la barre des « 3% de Bruxelles » en 2017 et tenter ainsi de donner à notre nouveau Président une honorabilité et une crédibilité depuis longtemps perdues par son prédécesseur et nos Finances ! On sait bien que François Hollande était comptable à la Cour des Comptes et que vous, Emmanuel Macron, aimiez enjoliver les budgets comme le fait aujourd’hui votre Ministre des Finances mais tout de même, il ne s’agit plus à ce stade de « gérer » nos finances en bon comptable public mais bien de les « relever » de leur état catastrophique ! Tout cela est d’une grande légèreté morale et politique sinon le signe d’une irresponsabilité coupable considérant votre nouvelle fonction et celle, il est vrai plus limitée, de vos petits camarades de la « technocrature » des Finances !
Rien en revanche qui touche au cœur du problème, la réduction de la dépense publique, cause principale du blocage de notre économie et de nos finances par le poids qu’elle fait peser sur les entreprises et les particuliers donc sur l’épargne, l’investissement et la consommation et par conséquent, sur la production et l’emploi.
Je suis donc un peu gêné, Monsieur le Président, de vous rappeler encore une fois que le redressement des finances publiques et donc la réforme du secteur public est une affaire vitale pour la France !
Alors Monsieur Macron, quel bilan après un an ? En vérité, pas de réformes ou des « fake réformes », déjà des reculs majeurs et beaucoup d’incertitudes alors que la France va à contresens depuis les années Mitterand et que le

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer