Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Eric Zemmour avait été condamné parce qu’il avait énoncé la vérité statistique qui mesure que les dealeurs de drogue se recrutent en majorité parmi les noirs et les arabes. Il a été viré de iTélé pour le seul mot « déportation » qu’il n’avait même pas prononcé lors d’une interview donnée à un journaliste italien. Aujourd’hui il est encore au tribunal pour avoir défendu la France. Je remarque que lorsque Zemmour dit la vérité, la justice est toujours prompte à réagir en l’amenant au tribunal.
A côté de cela, des groupes de rap se permettent quotidiennement d’insulter la France et les Français sans que, ni le ministère de l’intérieur, ni le ministère de la Justice, en la personne de la sourcilleuse anti-raciste Christiane Taubira, ne bouge la moindre oreille.
Le journaliste et écrivain Benoît Rayski a publié un article sur Atlantico traitant un exemple de rap qui non seulement insulte les Français mais en plus incite au meurtre en prenant comme idole, Mohamed Mehra, le terroriste qui avait lâchement assassiné sept personnes dont trois enfants juifs à Toulouse.
On dirait bien qu’il suffit d’être des « chances pour la France » pour échapper à la loi qui s’applique aux Français de souche ou assimilés !
Je vais prendre le dernier exemple en date, avec le rappeur Médine, il crache sur la France, les Français, la culture nationale, son culte, mais pour lui il s’agit de liberté d’expression. Donc pour Zemmour, Camus, Riposte laïque, nous-même à La Gauche M’a Tuer, et tant d’autres encore il s’agit d’incitation à la haine, mais pour M. Médine tout est autorisé.
Si ce n’est pas de la préférence alors ce serait quoi ?
Voici quelques extraits de ses chansons
Allumettes (Album : Prose Élite)
[…] Comme une boîte aux lettres sur un cimetière
J’continue de délivrer mon message
Il y a aucune raison que j’désespère
Ben Laden écoutait Enrico Macias
Tu m’caresses dans le sens de la peur
J’me coiffe la barbe à rebrousse-poil
Tu serais incapable de m’distinguer d’Abdeslam d’Eagles Of Death Metal
Et le pire d’mes frères, j’l’aime ongles et bec
Qu’il soit de Saint-Denis ou de Molenbeek
C’est pour les Boulehya, les Boulehyette
Du numéro d’écrou

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer