Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Dans son premier discours du Nouvel An en tant que président, Emmanuel Macron a dit que des mesures étaient nécessaires pour défendre la démocratie française, alors que la démocratie repose sur une neutralité des médias qui ne peut pas exister quand l’écrasante majorité des journalistes militent à gauche. Macron avait déjà visé les médias russes pour avoir prétendument répandu des contrevérités avant les élections.
Le président français Emmanuel Macron, feignant d’ignorer que les journalistes se croient habités de la mission de protéger les Français contre eux-mêmes, et les dissuader de voter pour ce qu’ils tiennent pour le plus grand danger, à savoir l’extrême droite, a dit qu’il proposerait une nouvelle loi pour lutter contre les fausses nouvelles en ligne durant la période préparatoire des élections françaises. Mais les journalistes ne sont-ils pas constamment dans la propagande électorale ?
«Nous allons faire évoluer nos moyens légaux de protéger la démocratie contre les fausses nouvelles», a dit M. Macron dans un discours du Nouvel An à la presse à Paris. «Si nous voulons protéger les démocraties libérales, nous devons avoir une législation forte.» 
L’intention est la matrice des Fake News. L’erreur humaine qui conduit à la diffusion d’une information erronée n’est pas une fausse information. La fausse information, c’est l’information motivée par l’intention de tromper le lecteur, et les grands médias la pratique quotidiennement par le choix de mots ambivalents sans être jamais inquiétés.
Macron a vivement critiqué les médias russes pour avoir prétendument diffusé de fausses informations peu de temps avant son élection en mai, mais il n’a évidemment jamais critiqué les médias qui se sont acharnés sur les costumes de luxe de son concurrent Fillon afin de contribuer à lui faire perdre l’élection, et ont passé sous silence (à part Gala) l’abus des tenues proposées par les couturiers à Macron Brigitte.
Le président a déclaré que les médias russes RT (anciennement connu sous le nom de Russia Today) et Sputnik ont publié des  «contre-vérités diffamatoires» et de la «propagande mensongère» lors d’une conférence de presse conjointe avec le président russe Vladimir Poutine, ignorant que les médias français ont publié des contre-vérités diffamatoires

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer