Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Je n’aime pas émettre des jugements sur le physique des hommes politiques mais il faut bien reconnaitre que le premier ministre, Edouard Philippe, avec sa barbe, a un peu l’apparence typique du traitre des grandes épopées médiévales. Il incarnerait d’ailleurs parfaitement le shérif de Nottingham du temps de Robin des Bois !
Je ne peux pardonner à cet homme, et aux « constructifs » en général, leur trahison et leur ralliement à Emmanuel Macron. Selon moi, Edouard Philippe ne pouvait accepter le poste de premier ministre que s’il avait l’accord du bureau politique des Républicains.
Je sais qu’Emmanuel Macron me taxerait de faire de la vieille politique mais le respect des adhérents n’est pas négociable aussi bien dans la nouvelle que dans l’ancienne politique !
Après le reniement de leur promesse de lancer la construction de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, Emmanuel Macron et Edouard Philippe viennent d’annoncer un nouveau renoncement de l’Etat en retirant la candidature de la France à l’organisation de l’exposition universelle de 2025.
On peut discuter du bien-fondé de la décision mais on ne peut admettre la forme qu’a prise son annonce. Ce matin, Jean-Christophe Fromentin, maire de Neuilly et président du Comité Expo France 2025 a violemment attaqué le premier ministre à ce sujet.
Ecoutons Christophe Fromentin :
D’abord, ce n’est pas la France qui renonce à l’exposition universelle, c’est le premier ministre qui renonce, de manière assez lâche, à l’exposition universelle ! Lâche car je l’ai appris par un tweet du JDD, samedi soir, alors que depuis 7 ans, nous sommes des centaines à travailler sur ce grand projet pour la France, en prenant soin de ne pas faire appel à l’argent public.
Je l’apprends donc par un tweet, couvert par un appel du directeur de cabinet du premier ministre dans la foulée, en me parlant d’une lettre que toute la presse semble avoir reçue mais que je n’ai toujours pas reçue !
Personne ne m’a envoyé la lettre ! Personne ! J’ai été averti après que cette lettre ait été envoyée à la presse. Je trouve la méthode d’une lâcheté, d’une déloyauté, d’une indignité par rapport à la fonction de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer