L’ancienne présidente de la Nation argentine, Cristina Fernández de Kirchner, est actuellement poursuivie pour trahison à la patrie. La Justice de son pays lui reproche d’avoir négocié un accord avec l’Iran en échangeant des rabais sur ses approvisionnement en pétrole contre l’arrêt des poursuites pour les responsables des attentats de Buenos Aires de 1992 et 1994. Or, il y a quinze jours, le FBI états-unien fournissait des analyses ADN qui détruisaient toute l’accusation contre l’Iran et le Hezbollah. (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire