Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer ! Promis, juré, craché, la politique va changer, l’ancienne politique est morte. D’accord, d’accord M Macron. Nous vous croyons !
Malheureusement, tout comme le changement devait être maintenant et n’est jamais venu, la politique nouvelle tarde à venir.
Il ne devait pas y avoir de passe-droit. Mais sans doute Ségolène Royal est à ce point importante pour notre nouveau président qu’il lui offre, payé par l’état et donc le contribuable, quatre personnes (deux chauffeurs et deux gardes du corps) pour veiller sur elle 24/24. Par la loi seuls les anciens présidents, les anciens premiers ministres et les anciens ministres de la justice (ce qui fait déjà beaucoup !) ont droit à ce traitement spécial. Pourquoi donc Ségolène Royal, nommée récemment préfet des Pôles (hum !), aurait-elle droit à ce traitement ? Personne ne le sait mais force est de constater qu’Emmanuel Macron ne change pas ces pratiques politiques d’un autre âge. Surtout lorsque l’on découvre 8 milliards de déficit en plus (pour la baisse des impôts grattez-vous !)…
L’autre changement qui tarde à venir, surtout lorsque l’on a élu un président favorable à la proportionnelle pour les élections législatives, concerne les débats constructifs autours des projets de loi. Bien évidemment, le groupe LREM a la majorité absolue à l’assemblée et pourrait se passer de débattre avec l’opposition pour… Un instant ! Mais c’est bel et bien ce qui est en train de se passer. La premiére commission à se réunir avait pour objet de travailler sur la future loi travail tant attendue et tant redoutée. Aucun des amendements ne fut accepté. Aucun d’ailleurs ne fut pleinement débattu tant le groupe LREM se joue de l’opposition. La chaine parlementaire Public Sénat a diffusé sur son site internet une vidéo démontrant que les députés LREM riaient (et notamment la présidente de la commission) des amendements proposés par les Insoumis et du fait (« évidemment ») qu’aucun ne fut accepté. Ainsi, de fait, l’opposition n’a plus aucun pouvoir. Au point que de nombreux députés ne proposeront plus d’amendement. Pourquoi le faire si rien ne passe, si

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer