CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans

En l’absence de réaction forte et clairement signifiée, le totalitarisme a toujours le dernier mot. Celui de l’union mondialiste européenne ne déroge pas à cette règle d’airain. En 2005, après l’échec du référendum sur la Constitution européenne, faute de pouvoir changer les peuples (quoi que…), on les contournait. Ce fut le traité de Lisbonne qui aboutissait à peu de chose près aux mêmes effets. En 2018, profitant de la désunion des partisans de la rupture, c’est par la négociation et le détournement d’intention que l’UE tente de parvenir à ses fins en réduisant considérablement l’impact du Brexit. Si le schéma d’accord conclu la semaine dernière entre Theresa May et la Commission européenne devait être ratifié à la fois par le Parlement britannique (malgré la cascade de démissions au sein du gouvernement conservateur pour protester contre l’accord et la grogne des députés) et le Conseil européen qui se réunira le 25 novembre, ce sera, contre la décision des Britanniques, une vraie fausse sortie de la communauté. La Grande Bretagne resterait, en effet (sans pour autant avoir le droit de parole au sein des instances) dans l’union douanière ce qui implique la libre circulation des marchandises et des biens, c’est-à-dire l’essence même du moteur menant au vote populaire anti UE du 23 juin 2016. Tout indique enfin que si l’accord n’était pas ratifié par le Parlement en décembre, que si May venait à être renversée entraînant l’organisation de nouvelles élections, plutôt que de se satisfaire d’un « no deal », on s’acheminerait alors avec la complicité du très gauchiste Labour de Jeremy Corbyn, vers un nouveau référendum. Dans tous les cas, une fois de plus, la volonté profonde d’une nation et la détermination du Pays réel auront donc été bafouées. Pour le Parti de la France, c’est par l’action de l’ensemble des mouvements nationaux et identitaires européens que s’opérera le vrai changement de vision, d’orientation, de méthodes et de pratiques qui transformera le magma technocratique et mondialiste de Bruxelles en une union civilisationnelle, économique et stratégique

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France