Partager sur Facebook
Twitter
Google +

On a donc compris qui était au pouvoir dans ce pays. Ce qui est d’ailleurs dingue c’est que ces gens ne se cachent même plus. Il était ainsi une époque où comme toute société secrète tirant les ficelles de l’Etat on utilisait l’ombre des couloirs pour y apposer son propre. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, le peuple ayant abandonné toutes ses prérogatives d’opposition à un régime spoliateur.
Enfant, on m’expliquait que le travail de journaliste était de relater une information de la façon la plus neutre possible. Les faits seulement les faits.
C’était une de ces légendes que l’on apprenait petit, une légende forcément erronée, n’ayant sûrement jamais existé. Les journalistes luttant pour un camp, celui des idéologies dominantes du XXIème siècle.
Progressisme, antiracisme, gender, immigrationnisme, Europe fédérale, toutes ces pensées visant à détruire notre pauvre France. Nos journalistes sont des militants politiques, ils lavent les cerveaux des Français en les obligeant à bien penser, ou plutôt à penser comme eux. Réfléchir différemment est contrevenir à la doxa officielle, celle qui est permise. Réfléchir différemment est prendre le risque d’être un salaud, un sans cœur, futur exclu d’une société refusant l’avis contraire. Le totalitarisme des justes comme je l’appelle
Par conséquent vous avez des élites mondialisées marchant démasquées, le mépris venant annonçant fièrement qu’en effet elles tiennent les institutions entre leurs mains. Mme Ruth Elkrieff le dit ouvertement et avec fierté « Une génération BFMTV est aux manettes de l’Etat », pourtant lorsque j’écrivais la même chose on me retorquait Fake news, elles n’ont de toute façon que ce mot à la bouche.
Voyez maintenant la véracité de mes écrits, j’ai envie de conclure par un je vous l’avais bien dit.
 SOURCE 20 MINUTES

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer