Alors qu’il n’existe plus aucune autorité politique légitime en Libye, quatre personnalités soutenues par les pays qui ont détruit l’État libyen, se sont engagées à tenir des élections législatives et présidentielle, le 10 décembre 2018 . Les tribus, qui constituent la base de la société libyenne, se sont massivement prononcées pour la tenue de ces élections à la condition que les Kadhafistes puissent y participer ; ce que les Occidentaux veulent éviter à tout prix. C’est pourquoi la Cour pénale (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire