Comment la candidate FN a-t-elle dépensé son argent ? Nous avons consulté ses comptes : petites largesses entre amis, masse salariale exorbitante… une campagne pas si loin du «système». Article du Parisien.

Ses comptes ont été validés, mais sérieusement rectifiés. La commission nationale des comptes de campagne  et des financements politiques (CNCCFP) a retoqué un montant de 873 576 € à la candidate Marine Le Pen pour la présidentielle de 2017 : ce sera pour sa poche. La plus grosse rectification parmi tous les candidats en lice pour la magistrature suprême. La faute pour l’essentiel aux intérêts très – trop – élevés adossés aux prêts contractés auprès du FN et de Cotelec, le microparti de Jean-Marie Le Pen. Au-delà de cette sanction, l’examen des comptes que notre journal a pu consulter révèle des méthodes, certes légales, mais parfois déroutantes. Des frais de taxis qui frôlent les 79 000 €, une masse salariale pléthorique (2,4 millions d’euros de rémunérations versées pendant la campagne), des frais de champagne conséquents (5 000 €), un prestataire sulfureux… Et aussi des interrogations des experts de la commission. Comme l’utilité électorale d’un déplacement de la candidate au Tchad pour 128 950 €, avec affrètement de deux jets privés, un Falcon 900 et un Gulfstream. Ou encore sur des facturations apparaissant « particulièrement élevées et surévaluées au regard des prix constatés sur le marché pour des prestations similaires », comme le souligne la procédure. Le tract « L’heure du choix » a été imprimé à 4 millions d’exemplaires pour un coût de 154 680 € hors taxe. LP/Arnaud Journois   Citant par exemple une facture de l’imprimeur Presses de France – dirigée par Axel Loustau, un ami de Marine Le Pen et ex du GUD (un syndicat étudiant d’extrême droite) – de 154 680 € hors taxe pour l’impression de 4 millions de tracts (« L’heure du choix »), dont le prix est estimé à 38 € les mille exemplaires et « semble excéder les prix moyens du marché de trois fois ». Plus pittoresque, cette dépense de 1 440 € pour créer 150

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France