Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Rues jonchées de détritus, poubelles qui débordent… Dans certains quartiers, les riverains sont exaspérés par la saleté. Sur le podium des capitales les plus visitées au monde, Paris n’est que 24e au classement des capitales les plus propres, selon TripAdvisor.
La ville de Paris dépense 500 millions d’euros par an sur le sujet, avec un piètre résultat. Anne Hidalgo estime nécessaire de punir les Parisiens et les visiteurs inciviques.
Mais cette saleté n’est‑elle pas en partie liée à la tiers‑mondisation croissante de la capitale ? Avec l’afflux considérable de clandestins ces derniers mois, des milliers d’entre eux dorment dans des camps qui ressemblent à des dépotoirs, comme à la porte de la Chapelle, et leur comportement est loin d’être écologiquement correct !
 « Les étrangers qui vivent à Paris, les touristes japonais sont choqués de l’état de Paris, qui est une ville assez sale avec des trottoirs mal entretenus, des mégots de cigarettes par terre. Mais suivant d’autres regards, la ville ne paraîtra pas sale. Il y a un idéal d’espace public qui soit absolument propre. Mais la rue, ce n’est pas la maison. C’est un espace d’ajustement, de friction, de négociation. C’est un espace partagé. »

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer