La presse française découvre les raisons pour lesquelles la Jamahiriya arabe libyenne avait financé la campagne électorale présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 : celui-ci s’était engagé à faire annuler par la Justice française la condamnation à la réclusion à perpétuité du chef des services secrets libyens, Abdallah Senussi (beau-frère de Mouamar Kadhafi). Durant la guerre du Tchad, en 1989, Senussi avait organisé l’attentat contre le DC10 d’UTA qui fit 171 morts. Il ne niait pas les faits, mais (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire