Manlio Dinucci dresse le bilan de soixante-dix ans de relations entre l’Italie d’une part, les États-Unis et l’Otan de l’autre. Laisant de côté la question du terrorisme sous faux drapeau organisé par l’Alliance sur le sol italien lors des années de plomb, il relève uniquement l’engagement des armées italiennes pour le compte de son « allié » ; une Histoire qui parle d’elle-même.

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire