Le Président de la République a aujourd’hui plus de pouvoirs que n’importe lequel des dirigeants européens ou américains. Or, une personne seule ne peut tout connaître, tout contrôler, tout gouverner. Dès lors, ce sont les membres du Cabinet et les grands corps de l’Etat qui préparent les lois et les décisions gouvernementales. L’action des ministères est placée sous le contrôle des arbitrages interministériels, de Matignon et de l’Elysée, de sorte que les ministres sont réduits au rôle de communicants. Choisis pour le courant politique auquel ils appartiennent, souvent peu impliqués dans leur domaine de « compétence », la plupart se laisse porter par leur administration. Ainsi, déjà dilué par la mondialisation, le pouvoir politique s’efface au bénéfice des groupes de pression les plus influents et de mécanismes qui échappent à tout contrôle. D’autant que les Républicains et le PS n’ont cessé de réduire les possibilités d’intervention du citoyen.
Le mode de scrutin majoritaire à deux tours crée des majorités artificielles, loin de représenter la diversité de la société française. Certains ont vu dans le blocage des chantiers de Sivens, de Notre Dame des Landes et du contournement autoroutier de Strasbourg une atteinte à la démocratie, arguant de décisions légalement prises. La légalité n’est pas suffisante quand un projet est contesté : il lui faut une légitimité. Or, lorsqu’une majorité d’assemblée représente entre le quart et le tiers des électeurs, lorsque la décision, dans les faits, est celle du président, investi de tous les pouvoirs, la légitimité ne peut exister.
L’équilibre des pouvoirs au niveau de l’Etat
Le mandat présidentiel sera porté à 7 ans et le Président n’aura pas le pouvoir de dissoudre l’Assemblée dans l’année de son élection. Ce décalage suffit à ramener la fonction présidentielle au niveau du standard européen : le Président assure la pérennité des institutions au-delà des péripéties électorales, il nomme le Premier ministre choisi dans la majorité du Parlement, il veille au respect de la constitution, il représente le pays à l’extérieur, il est le chef des armées et définit, avec le Ministre compétent, la politique étrangère. Il promulgue les lois, ce qui lui confère le pouvoir

  Source: m-e-i.fr  

Voir sur le site du Mouvement Ecologiste Indépendant