Partager sur Facebook
Twitter
Google +
La mémoire de Maurice Audin vient d’être honoré par Emmanuel Macron qui a reconnu la responsabilité de l’Etat français dans sa mort.
Pourquoi honorer Maurice Audin et pas d’autres victimes de cette sale guerre d’Algérie ? Par cet acte fort, Emmanuel Macron remets inopportunément deux thunes dans le bastringue de la repentance.
La gauche, évidemment, applaudira des deux mains. Et pourtant elle devrait la jouer modeste !
Car on pourrait juste lui rappeler qu’elle-même, la gauche, porte une lourde responsabilité dans les tortures infligées à Maurice Audin puisque c’est le socialiste Guy Mollet qui fit voter à sa majorité socialo-communiste les pleins pouvoirs au gouvernement ainsi que le transfert des pouvoirs de police à l’armée.
C’est Catherine May qui raffraichit la mémoire de la gauche dans cet article paru dans le dernier numéro de Valeurs actuelles :
Il n’y a pas que Maurice Audin
 
Il est mort sous la torture, vient de reconnaître Macron. Mais quid de tous les autres, Français et Algériens, tués de la même façon par les deux camps ?
Au nom de la République, le président Macron a reconnu que Maurice Audin avait été torturé à mort ou tué par des militaires après avoir été torturé. n a rendu visite à sa veuve. Ce geste était attendu depuis soixante et un ans par la famille du mathématicien. Retour en arrière. Le 11 juin 1957, en pleine bataille d’Alger, des parachutistes arrêtent à son domicile Maurice Audin. ll a 25 ans, il enseigne à la faculté des sciences d’Alger. Il est le père de trois enfants âgés de 3 ans, 18 mois et 1 mois. Sa femme ne le reverra plus. Quand elle interrogera les autorités, on lui dira qu’il s’est évadé. On n’a jamais retrouvé son corps. Depuis cinquante ans, des historiens (Pierre Vidal-Naquet), des journalistes (Henri Alleg) contredisaient la version officielle : Audin était mort sous la torture. En 2014, François Hollande reconnaîtra qu’Audin était mort en détention. Il viendra à Alger pour inaugurer une stèle qui porte son nom. Pour les Algériens, le mathématicien est un martyr et un héros.
À travers ce cas tragique, Emmanuel Macron entend rétablir la vérité historique. Très bien. À condition de regarder l’histoire en face et ne pas être borgne.
Maurice Audin était un militant

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer