Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Mais pour qui se prend-elle ? On lui a demandé quelque chose ? Elle n’est plus dans la vie politique mais pourtant elle cause, un peu comme si sa parole avait retrouvé une forme d’importance perdue depuis sa piteuse démission gouvernementale.
Passons la forme et revenons sur le fond de ces déclarations toujours aussi élégante contre un peuple que visiblement elle n’aime pas. Elle nous joue le couplet de la madone dont le sort des migrants importe, en réalité elle s’en fout comme de l’an 40, rappelez-vous à l’époque de sa grandeur les clandestins du Surinam elle n’en voulait pas dans sa Guyane natale. Non surtout pas, il fallait rester entre « guyanais de souche », osant même cette expression honnie par la bien-pensance dont elle fait partie.
En réalité, les migrants sont pour elle la solution à la destruction totale de la France, il faut désintégrer l’hexagone du péché originel. Ses habitants étant des salauds portant le germe de la collaboration, de l’esclavage, du colonialisme, de l’holocauste et bien entendu de la casse du vase de Soisson, ils doivent par conséquent payer, et quoi de mieux qu’en diluant la France dans l’étranger ?
Seulement ce pays qui a plus de 1500 ans d’histoire, en a vu d’autre et ne laissera les progressistes réussir dans leur funeste dessin. Les Français ne veulent pas de tous ces fous venant de l’autre côté de la Méditerranée, il se battra pour ne pas les avoir, il en va de sa survie.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer