Le 3 juillet 2018, le président iranien, cheikh Hassan Rohani, a évoqué la possibilité de bloquer le détroit d’Ormuz en cas d’application des sanctions états-uniennes. Soit tout le monde peut utiliser le détroit, soit personne, a-t-il affirmé. Le commandant des Gardiens de la Révolution iraniens, Mohammad Ali Jafari, a déclaré le 5 juillet, qu’il était prêt à bloquer le détroit d’Ormuz. Si les sanctions états-uniennes sur le métal, la monnaie, la dette et les produits automobiles entreront en vigueur le 7 (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire