Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Jacques Toubon est l’archétype du chiraquien !
On le croyait de droite et après des années on le découvre, au mieux « rad soc » (radical socialiste) au pire du centre gauche.
J’avais déjà consacré un article intitulé la métamorphose de monsieur Toubon, il y a exactement un an !
Aujourd’hui, il est épinglé par le Canard enchainé pour un cumul choquant de six revenus :

son salaire de défenseur des droits,
sa pension d’administrateur civil,
sa pension de conseiller d’Etat,
sa retraite d’adjoint au maire de Paris,
sa retraite de député,
sa retraite de député européen.

pour un total de 30 000 euros !
Et ce monsieur « ne comprends pas que ça choque » !
Je touche un salaire qui est fixé dans le budget, qui a été fixé en 2011 (…) et d’autres parts depuis 2006 je touche une pension de fonctionnaire, de parlementaire et une pension de conseiller de Paris pendant 25 ans. Je ne comprends pas que ça choque, car ce que je fais c’est un travail à temps plein, rémunéré conformément aux règles.
Effectivement, qu’y aurait-il de choquant pour un monsieur qui passe son temps à dénigrer la République, d’être rémunéré par cette même République, à hauteur de 30 fois le SMIC ? Je vous le demande !

Qu’en pensent les retraités aux gilets jaunes qui fréquentent les ronds-points et qui survivent avec 800 € de retraite ?
30 000 euros … Le prix de la trahison comme les trente deniers de Juda ?
C’est peut-être l’avocat Gilles-William Goldnadel qui a le mieux qualifié le nuisible Toubon :

Voici juste un extrait de mon précédent article qui illustre cette trahison des valeurs de monsieur Toubon :
Et il y a aussi monsieur Toubon, qui, dans les années 80, adoptait des positions très dures vis-à-vis de l’immigration et qui, aujourd’hui, en tant que défenseur des droits, fait la leçon au gouvernement quand ce dernier veut savoir qui fréquente ses lieux d’accueil des immigrés …
La magazine Le Point a comparé les positions actuelles de monsieur Toubon sur l’immigration à celles qu’il défendait dans les années 80.
Voici son tableau de comparaison :

Edifiant, non ? Et quelque part désespérant …
Et si l’on mettait monsieur Toubon face à sa

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer