CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans.

Ce mardi 22 janvier://3  à Aix la Chapelle, sans qu’aucun débat national n’ait été engagé en France, Emmanuel Macron et Angela Merkel signeront un nouveau traité de « coopération et d’intégration » France/Allemagne visant à renforcer les liens entre les deux pays et accélérer les convergences en matière de sécurité, de Défense, de fiscalité, d’industrie, de commerce, d’éducation, de recherches, d’environnement, de climat, de santé et questions sanitaires, et de relations internationales. Un renforcement basé sur le socle du traité fondateur de l’Élysée conclu en 1963 par le général De Gaulle et le chancelier Adenauer. En 1963, le traité était signé à Paris, capitale d’une France ambitieuse et à la manœuvre qui concevait l’Europe comme un moyen de sa grandeur. Quelles que soient, par ailleurs, les fautes commises par Charles De Gaulle, fautes que nous n’oublions pas, il savait que la question allemande devait toujours être abordée par notre pays en se souvenant de cette affirmation nationale établie depuis Philippe Auguste, affirmation structurante d’une politique que les siècles ne peuvent abolir : « Le roi de France est empereur en son royaume ». En 2019, le nouveau traité sera signé sur le sol allemand. On aurait tort de n’y voir qu’un symbole. Là où le Traité de l’Élysée créait les conditions d’une étroite coopération entre deux Nations et deux États distincts aux destinées désormais communes, celui d’Aix la Chapelle imprimera dans le marbre un processus de fusion progressive voulu comme inéluctable. Un processus qui, par la force des choses, la faiblesse de nos dirigeants et la complaisance complice de nos « élites », ferait à terme de la France un Land annexé et de l’Allemagne la puissance dominante d’une Europe de la finance, de l’immigrationnisme et de la soumission au mondialisme (cf. le préambule du Traité : France et Allemagne, fermement attachées à un ordre international fondé sur des règles et sur le multilatéralisme dont les Nations Unies constituent l’élément central). La partie consacrée à l’Alsace-Lorraine est, à bien des égards, édifiante. Si le Traité ne conduit pas à

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France