Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Oui, comme prévu par votre serviteur dans l’article du 22 avril (Il serait temps!), les autorités et associations musulmanes réagissent au manifeste contre le nouvel antisémitisme publié par Le Parisien, mettant explicitement en cause les musulmans et demandant que les théologiens musulmans déclarent caduques les versets du Coran appelant à tuer Juifs, chrétiens et incroyants.
La liste des communiqués est longue, aussi me bornerai-je à reproduire celui que Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris a publié: « Les citoyens français de confession musulmane, majoritairement attachés aux valeurs républicaines, n’ont pas attendu (cette) tribune (…) pour dénoncer et combattre, depuis des décennies, l’antisémitisme et le racisme antimusulman sous toutes ses formes».
La foi musulmane est-elle inséparable de la mauvaise foi? On peut le penser. Voilà une religion qui est accusée de porter en elle la justification -et même plus: l’impératif- du meurtre et qui en profite pour se poser en victime en faisant l’amalgame entre l’antisémitisme dont on l’accuse à juste titre (le Coran est explicite) et la crainte ou l’hostilité compréhensibles qu’elle provoque notamment par son antisémitisme proclamé.
Dalil Boubakeur en profite pour retourner l’accusation de racisme vers les auteurs du manifeste en confondant sciemment race et religion dans l’expression « racisme antimusulman« .
Je remarque que le manifeste parle non seulement des Juifs qu’on tue parce qu’ils sont juifs mais aussi des chrétiens et des incroyants qui sont aussi les victimes de meurtres commis par des musulmans (souvenons-nous de l’assassinat du père Hamel, égorgé dans son église). Dalil Boubakeur est muet sur ce sujet.
Je remarque aussi que l’on parle de Juifs (avec une majuscule) et de chrétiens et d’incroyants (sans majuscule). Les seconds sont désignés par leur foi ou leur absence de foi, les premiers par leur appartenance ethnique. C’est le fondement du racisme.
Et, puisqu’il faut terminer, soulignons ce qu’il y a de comique involontaire dans les mots « majoritairement attachés aux valeurs républicaines« . Quelle est donc cette prétendue majorité? Cinquante-et-un contre quarante-neuf? Soixante-quinze contre vingt-cinq? Neuf sur dix? Même dans ce cas, cela fait près de cinq cent mille personnes. Et on ne parle que des « citoyens français

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer