Partager sur Facebook
Twitter
Google +

On vous a pris pour des cons, il faut se le dire, ne pas tomber dans l’hypocrisie ambiante. Vous qui représentez l’ordre avez été les idiots des institutions, et de ses représentants. J’entendais des gens de notre camp affirmer que Macron incarnerait l’autorité, cette fameuse autorité républicaine. Bien entendu cette expression n’est qu’une illusion, une chimère, une légende dont l’existence n’a jamais été prouvé, ou plutôt son inexistence était depuis fort longtemps avérée.
C’est une logique implacable, que je démontre sur un paragraphe. Le fameux état de droit n’est pas fait pour que vous et moi ayant choisi de vivre dans l’honnêteté soyons protégés par le régalien. Cette fameuse démocratie républicaine, dont la principale fonction est d’être forte avec les faibles et faible avec les forts, n’est qu’un instrument en faveur de ceux qui propagent mort et désolation autours d’eux. On sait depuis que le monde est monde que seul l’extrême autorité, l’ordre implacable et la punition féroce permettent la bonne marche d’une société. C’est ainsi, je ne l’ai pas inventé.
Seulement ici en France on a décidé d’abandonner tous ces principes pour cette fameuse fausse liberté, vous pourrez suivant la logique du législateur tuer, voler, violer, assassiner, racketter, terroriser, marche nu, voilée, ou avec une plume dans le cul, c’est la liberté des démocraties. Bien entendu cette liberté s’arrête à la fiscalité, et aux cotisations que vous serez dans l’obligation de rétribuer à l’Etat qui aura l’amabilité de se les mettre dans sa poche.
En attendant nous vivons dans le royaume des ordures, celles qui donnent des ordres aux CRS de ne surtout pas interpeller les casseurs du 1er mai, cette lie de l’extrême-gauche ennemie de la France. Non eux ont tous les droits, surtout ceux de saccager ce que les Français paient par le racket imposé. Mais qu’attendons-nous pour bouter ces ordures des palais que nos aïeux ont construits à l’époque de la grandeur Française ?

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer