Partager sur Facebook
Twitter
Google +
En ce moment, les syndicats, même les plus modérés d’entre eux, nous bassinent avec la même rengaine :
Macron bafoue la démocratie sociale
et méprise les corps intermédiaires !
Je connais la démocratie élective, la démocratie parlementaire, la démocratie tout court, mais la démocratie sociale … Je ne vois pas !
Revenons à la définition de la démocratie :
Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.
Mais les corps intermédiaires en général et les syndicats en particulier ont-ils quelque chose à voir avec la démocratie ? Passons rapidement sur quelques corps intermédiaires comme le Conseil Economique et social (CESE) et le Conseil d’état, dont les membres sont nommés et dans lesquels les majorités successives envoient leurs copains et leurs coquins lorsqu’ils perdent leurs mandats électoraux ! Point de démocratie par ici !
Concentrons-nous sur les syndicats avec quelques questions simples :

Les syndicats ont-ils quelque chose à voir avec la démocratie quand seuls 8 % des salariés sont syndiqués (20 % dans la fonction publique) ? Ce taux étant presque le plus faible des pays de l’OCDE :

 
 

La démocratie est un système qui, par l’intermédiaire d’élections libres, est censé permettre la satisfaction de l’intérêt général. Les syndicats ne sont pas mandatés pour cela !

C’est Marc Blondel, le célèbre dirigeant de F.O. qui l’avait avoué :
« Je suis là pour défendre des intérêts particuliers,
pas l’intérêt général !  »

La puissance des syndicats se mesure t-elle au nombre de ses adhérents ?

En France pas du tout ! La puissance des syndicats ne se mesurent qu’à leur pouvoir de nuisance ! Le meilleur exemple est bien évidemment la SNCF dont les salariés mesurent, en ce moment, toute la capacité de nuisance !

Le mode de financement des syndicats est-il démocratique ?

Non, puisque le financement des syndicats ne dépend que très marginalement du nombre de ses adhérents. Suivant les syndicats, la part de financement venant des cotisations des salariés varie de 15 à 57 %. L’essentiel du reste est constitué de fonds publics (près de 4 milliards d’euros selon un rapport de 2011, mais ce chiffre est difficilement vérifiable).
Que faire pour améliorer le système ?
Les pays européens qui comptent le plus fort taux de salariés syndiqués (la Suède, la

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer