Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Et vous comprenez maintenant la défiance des Français vis-à-vis d’une élite sans vergogne dont l’objectif premier est d’abord l’enrichissement personnel ? Se servir, plutôt que servir. Remplir ses poches du fruit du travail de millions de compatriotes afin de se payer la vie de pacha, et cela sans prendre le moindre risque. Dans la fonction publique on n’investit pas son argent personnel en sachant qu’on puisse se retrouver sans le sou.
Non dans cette haute fonction publique on est coopté, placé, pistonné. On accède au pouvoir grâce à la connivence aucunement par la compétence. C’est le retour des privilèges même si dans le fond, ils n’ont jamais vraiment disparu ou plutôt ont été transférés vers d’autres.
Je vais prendre l’exemple de cette conseillère départementale « percevait depuis le printemps dernier une allocation mensuelle de 800 euros, et une allocation logement de 380 euros par mois. Or, son indemnité de conseillère départementale tourne autour de deux mille euros par mois, et elle perçoit également des revenus pour les cours qu’elle dispense dans une école de commerce privée de Bordeaux. »
Ce sont les élites qui se congratulent et se tiennent les coudes, quelque soit le bord. Puisqu’en vérité elles ne sont aucunement en opposition. Par conséquent elles se gavent, même repues, jusqu’au vomissement sans laisser une quelconque miette à un peuple à bout.
Pourtant on devrait rentrer dans cette fonction publique si magnifiée par la république comme on rentre dans les ordres, sacrifiant son existence personnelle au bénéfice du national. C’était peut-être le cas dans un passé très lointain, et encore j’en doute fort. Vous avez donc des tripotés d’Agnès Saal ou de Béatrice de Négrier semblables à des Nabilla, voulant faire du fric facile sans trop se fatiguer. Mais je ne veux pas trop les blâmer n’étant pas la seule à payer pour un système vicié dont tous en haut lieu profitent. Puisqu’il faut se le dire combien de cas comme le sien et dont on n’entend rien ?
Un jour nous aurons obligation, nous peuple de France d’effectuer ce ménage dans ces écuries d’Augias, auquel cas si nous ne faisons

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer