Partager sur Facebook
Twitter
Google +
La vérité sort de la bouche de cette infirmière ni plus ni moins. Cette femme a compris l’usurpation Macron mais surtout de tout ce système ayant pris le pouvoir en France et dont le président de la république en est l’héritier naturel.
Ce dernier est le produit de ce que l’administration et les élites cosmopolites font de pire pour la nation, souvent j’entendais du temps de mes années au sein des institutions qu’untel ou untel avec le même parcours qu’un Macron était un esprit brillant sous prétexte que celui-ci sortait de certaines grandes écoles dont l’ENA. Autant je peux être de cet avis pour Polytechnique ou Saint-Cyr où en effet on peut constater une approche intellectuelle imposante, puisque formant une élite qui sera en capacité d’inventer par exemple la technologie du futur. Seulement l’ENA ce n’est pas ça, c’est avant tout une école formant des fonctionnaires de l’administration, des gens qui n’ont comme fait d’arme que le coup de tampon sur un passeport.
Entendons-nous une administration est nécessaire pour un pays, mais nul besoin d’être un grand clerc pour en faire, qui plus est pour prendre le pouvoir. C’est surtout ça le reproche. Surtout que les critères d’admission à l’ENA est la servitude au politiquement correct sans compter le formatage d’un esprit bureaucratique. Pas besoin d’intelligence, d’ailleurs on le voit dans les faits nombre d’énarques naviguant dans les sociétés privées ont fait couler les entreprises qu’ils contrôlaient et qui se portaient comme un charme avant leur arrivée.
Ce parcours est celui de Macron ni plus ni moins, et son passage à Rothschild n’est qu’un piston que les élèves de cette école ont à leur sortie. En y ajoutant qu’il n’était pas banquier comme le prétendent les hommes politiques qui eux-mêmes n’ont pas beaucoup de connaissance sur le monde de l’entreprise, en réalité il n’était ce qu’on appelle qu’un passeur d’affaires.
L’infirmière du CHU de Rouen a raison, Macron n’est qu’un faible n’ayant pas d’utilité, ne sachant la réalité du travail, du vrai travail, pas celui de poser ses jambes sur son bureau pour attendre la fin de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer