Le président de la République a déclaré dimanche dernier, que « Vichy, c’était le gouvernement et l’administration de la France. » Venant après les déclarations du candidat Macron sur la colonisation « crime contre l’humanité », c’est une nouvelle erreur et un contresens historique absolu.
Les objectifs de communication présidentielle ne justifient pas de falsifier l’histoire !
Affirmer que Vichy était le gouvernement de la France revient à déclarer que celui du général de Gaulle ne l’était pas. Car la France ne peut avoir deux gouvernements légitimes. Le régime de Vichy ne l’a jamais été, puisque le vote du 10 juillet 1940 donnant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain était illégal. Le seul gouvernement légitime, détenteur de la souveraineté nationale, respectueux des valeurs fondatrices de notre pays et de l’Etat de droit, était celui de la France libre.
Les agents de police, qui ont participé à la rafle du Vel d’Hiv, n’ont pas obéi aux ordres du gouvernement du général de Gaulle. Ils ont appliqué ceux d’un exécutif soumis aux diktats du gouvernement nazi, dont il tenait son seul pouvoir. Il est le véritable responsable de la rafle du Vel d’Hiv et des massacres qui l’ont suivie. La vérité est là !
Reconnaître l’illégitimité du pouvoir de Vichy n’est pas porter atteinte à la mémoire des Juifs de France. C’est au contraire l’honorer. Vichy était illégitime parce qu’il ne procédait pas de la souveraineté populaire, mais aussi parce qu’il foulait aux pieds les valeurs fondamentales de notre nation, à commencer par l’égalité de tous les citoyens, sans distinction d’origine ou de religion, devant la loi, ainsi que la liberté religieuse. Tous ceux qui ont appliqué ses ordres, qu’ils soient ministres, préfets, policiers ou simples citoyens, et ont livré leurs concitoyens à l’occupant nazi se sont mis dans l’illégalité la plus complète et rendus coupables de crimes imprescriptibles.
Ce n’est pas en réécrivant l’histoire de France que nous ferons progresser notre pays. C’est au contraire en la respectant, en l’assumant telle qu’elle fut et en combattant pour les valeurs qui fondent notre nation, à commencer par la liberté, l’égalité et la fraternité, que nous lui donnerons un avenir !

Cet article Vichy n’était pas la France

  Source: la-france-en-marche.fr  

Voir sur le site du Parti de la France