Notre époque est symptomatique des années de déclin que vie la France, cette dernière que nos élites mondialisées ont abandonné à la racaille souvent étrangère au détriment de l’indigène de France. Souvent j’alerte mes compatriotes sur les dangers du laxisme d’Etat, de sa permissivité excessive, du versement excessif d’allocations en tout genre.

Par ces politiques, on a créé des petits caïds, des chefs de bandes faisant régner la loi et la terreur dans des quartiers dits populaire. Quand j’écris ces lignes nos formidables progressistes m’accusent de faire du populisme comme si le peuple avait une connotation négative dans leur bouche. Ils affirment que je joue avec les instincts humains les plus bas. Seulement, derrière ça des gens honnêtes souffrent. Des français travaillant, ne demandant pas la charité, élevant leurs enfants, payant des impôts. Ceux-là sont abandonnés sur l’autel de la mondialisation. Ils ne comptent pas n’étant pas assez diversité pour des dirigeants fanatisés par l’antiracisme et la culpabilisation victimaire. Nous apprenons ce jour par le quotidien régional breton Le Télégramme que « 0nze jeunes migrants disant venir d’Algérie, du Maroc, de Syrie et de Lybie, se déclarant mineurs, ont été placés en garde à vue au commissariat de Rennes, au cours de la nuit de ce samedi à dimanche. Quatre méfaits en quelques heures Premier incident s’est produit vers 19h30, lorsque quatre jeunes sans titre de transport ont fait l’objet d’une vérification du service de contrôle du réseau Star. Les voyageurs ont alors violemment agressé le contrôleur, mais les policiers aussitôt alertés les ont interpellés peu de temps plus tard. » Puis,  « A minuit et demi, un nouveau méfait était signalé place Sainte-Anne, où un jeune éméché s’était fait voler son portefeuille par un groupe de trois individus. Là aussi, la patrouille a pu leur mettre la main au collet. Une heure et demi plus tard, la police était encore appelée pour le vol avec effraction commis dans la caisse du manège enfantin « vintage » de la place Hoche. A 3 heures enfin, le commissariat envoyait la patrouille rue d’Isly où un homme s’était fait détrousser par trois

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France