Partager sur Facebook
Twitter
Google +

De sa charge contre le président de la République, le contradicteur de Laurent Ruquier (ONPC, tous les samedis sur France 2), a fait un réquisitoire contre la police, accusée de commettre des exactions contre les migrants réfugiés à Calais.
Soupçonné de n’avoir fait que de rapporter des rumeurs et de ne pas s’être rendu sur place, Yann Moix se met en scène dans un film « témoignage », diffusé début juin sur Arte. On peut s’étonner de la longueur du délai entre le début de la « promotion » de ce film et sa diffusion. La question légitime qu’il faut se poser est : le film est-il déjà tourné ?  Si oui, quatre mois c’est très long pour réaliser la phase montage. S’il est monté, vue l’importance du sujet, on s’explique mal pourquoi Arte ne le diffuse pas plus tôt. Si la réponse est négative, c’est alors une faute grave de Yann Moix. Nous serions dans le cas de la fabrication de preuves a posteriori. Celui-ci a dû sentir le doute s’installer, et propose des extraits de ce film.
Méchant Réac ! ® vous les propose sur sa chaîne Youtube et a décortiqué les images  (cliquez sur ce lien). Les extraits durent 1 mn 37 :
De à 18ème seconde : on voit des personnes (migrants ?) se faire laver les yeux, sous-entendant victimes de lacrymogènes (mais on n’en sait rien) ;
De 18ème à 24ème seconde : le réalisateur échange avec un commandant de CRS en civil qui prononce une phrase, dont le contexte ne nous est pas offert, relatif à des « moyens dont [on] dispose ». Il aurait été utile de connaître la question.
De 24ème à 29ème seconde : à nouveau un plan sur des migrants (?) qui déclarent avoir été gazés.
De 29ème à 37ème seconde : Un plan extérieur dans lequel on aperçoit des policiers tourner autour de poids lourds. En fin de séquence, un policier court.
De 37ème à 46ème seconde : Nouveau plan, cette fois-ci c’est un migrant (?) qui court auprès d’un camion garé. Il est poursuivi par un gardien de la paix. On ignore le motif.
De 46ème à 49ème seconde : Des policiers avec des lampes torches sont dans un espace fermé, sans fenêtre, à leurs pieds des individus couchés.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer